Toulouse investir

Quels sont les critères à prendre en compte avant d’investir dans la pierre toulousaine ?

Bassin d’emploi parmi les plus dynamiques de France, seconde ville universitaire, première ville pour la croissance démographique… Toulouse possède des atouts de taille pour tous ceux en quête d’un investissement locatif. Mais comme pour tout placement dans une grande ville, plusieurs éléments méritent d’être examinés avant de sauter le pas. Le point sur les principaux facteurs à analyser avant d’investir dans la Ville rose.

L’emplacement

C’est un des critères qui fait toute la différence, la localisation du bien immobilier. En fonction du type de locataire souhaité, plusieurs aspects sont à prendre en compte au moment de choisir tel ou tel quartier.

Les transports en commun

La ville de Toulouse possède un réseau dense de transports en commun : 2 lignes de métro et de tramway, un vaste réseau de lignes de bus… Privilégier un quartier proche d’une station de métro, ou encore d’un arrêt de bus maximise vos chances de louer votre logement.

Par ailleurs, d’ici 2025, plusieurs quartiers seront desservis par la 3ème ligne de métro, reliant les principaux bassins d’emploi de l’agglomération toulousaine (sites d’Airbus à Colomiers, gare Matabiau et pôle d’activités d’Enova Labège). Une piste à surveiller de près.

Les bassins d’emploi

Un autre point important est la proximité avec les zones d’activités. En effet, des locataires actifs cherchent en priorité à être proches de leur lieu de travail. Le principal moyen d’y accéder à Toulouse est via la rocade. Assurez-vous que le bien immobilier se trouve proche d’une sortie du périphérique.

Les pôles universitaires

Avec 132 400 inscrits dans l’Académie de Toulouse en 2015 (source : site de la mairie), la Ville rose attire de nombreux étudiants locataires. Privilégier un quartier à proximité des écoles et universités est meilleur moyen pour louer votre bien immobilier.

Le rendement locatif

La rentabilité est l’une des principales motivations pour un investissement dans l’immobilier.
C’est pourquoi, lorsque vous avez pour projet d’acheter un bien pour le louer, il est important de vous assurer d’une rentabilité locative minimale. Il convient de distinguer deux types de rentabilités : brute et nette.

La rentabilité brute est calculée à partir du prix du bien immobilier et des loyers perçus. Le rendement brut ne prend pas en compte tous les frais réels. C’est pourquoi, il faut toujours se référer à la rentabilité nette, qui prend en compte les assurances, frais de gestion, frais d’entretien, charges de copropriété, éventuelles vacances locatives etc.

Bon à savoir

Le rendement locatif brut moyen pour un appartement à Toulouse est de 4,9% au 1er septembre 2018 (source MeilleursAgents). C’est plus que des villes à taille similaire, telles que Bordeaux (3,4%), Nice (4,4%) ou Nantes (4,6%).

Le potentiel de revente

L’emplacement est d’autant plus essentiel, que c’est un des critères qui vous permettra d’assurer une plus-value lors d’une éventuelle revente. Vous devez pour cela observer l’évolution des prix de l’immobilier en fonction des quartiers.

Quelques indicateurs peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Si les prix affichent une baisse depuis quelques années dans un quartier, une acquisition immobilière peut s’avérer risquée, la valeur du bien pourrait continuer de chuter, entraînant ainsi une moins-value lors de la revente.

Mieux vaut donc vous concentrer sur un secteur qui connaît une légère évolution de prix constante, afin de vous assurer une plus-value.

En savoir plus